J'ai hésité à écrire cet article puis je viens de tomber sur l'article "Quand le Dico des Filles est contre l'Avortement"

Je l'ai vu comme un signe ;)

Alors voilà un nouvel article Blabla, un témoignage

 

Rentrée 2004

 

J'ai 18 ans, je viens de commencer un boulot en restauration après avoir abandonné l'idée de faire des études

J'habite encore chez ma mère en plein 16e arrondissement

Je cherche un appartement avec ma meilleure amie de l'époque

Je suis amoureuse d'un abruti (ça m'arrive souvent)

Je prends la pilule chaque matin depuis 3 ans sans aucun oubli

Je suis réglée comme une horloge, au bout de 5 jours de retard, je sais qu'il y a un problème

Après un test, le couperet tombe, je suis enceinte

 

Je ne comprends pas

Je ne peux pas avoir un enfant, plus exactement je ne veux pas avoir un enfant

Le géniteur s'en fout, il est trop occupé pour s'occuper de "ça"

 

Je vais donc au Planning familial

Bien reçu, j'y trouve écoute et renseignements, sans jugement

J'aurais différents RDV

Celui dont je me souviens c'est l'échographie

 

J'arrive, la secrétaire souffle en secouant la tête en voyant que l'ordonnance est du Planning familial

Je sais que je vais morfler

Là un homme d'une soixantaine d'année arrive, messe basse avec la secrétaire en me regardant

"Toi" je relève la tête

"Oui toi, entres"

Je commence à bouillir, je connais pas cet homme mais je trouve déjà que c'est un gros con

Il me demande mon nom et ma date de naissance

Je m'installe, je pense que ça va durer 2min vu qu'il suffit de calculer la date de début de grossesse

Je me souviens du gel froid, la sonde posait sans ménagement

Et là il tourne l'écran et me dit "Voilà ton bébé"

Je regarde cet homme et je vois son regard méchant, accusateur

Je comprends qu'il est contre l'avortement

Je reste impassible

Il me fait écouter le coeur, me décrit ce qu'il nomme "ton bébé" encore et encore

Je reste stoïque

Au bout de 5min interminable, je lui demande si il a finit son numéro parce que j'ai autre chose à foutre de ma journée

A ce moment là j'ai cru qu'il allait me gifler

Il me fait un discours moralisateur, comme quoi je tue un être humain, que je suis inconsciente, etc....

Je sors sans l'écouter

Je récupère 10min après ce dont j'ai besoin

Je pars, je finis en larmes dans le métro

J'entends ce coeur qui bat dans ma tête encore et encore...

 

J'ai maintenant ce qu'il faut pour prendre RDV à l'hôpital

Je commence le marathon telephonique avec une liste fournie par le Planning Familial

On me demande mon nom, mon adresse, ma DPA

Les 3 premiers hôpitaux n'ont pas de places

Les deux d'après me donnent un RDV

Je vais aux deux RDV, je raconte mon histoire, on me pose des questions

Le résumé c'est que je suis une fille de 18 ans, enceinte d'un homme que j'aime depuis 4 ans, enfant de parents qui ont les moyens financiers d'élever un enfant, j'ai un boulot, et je sais m'occuper des enfants

On me demande de réfléchir, que l'avortement est un acte grave, que je serais blessée à vie

On m'explique que j'ai la chance de pouvoir élever cet enfant

Je ne comprends pas, c'est le Planning Familial qui conseille ces hôpitaux....

Je reste sur ma position, mais bizarrement il n'y a pas de place avant la date limite

Et on ose me dire que c'est un signe...

 

Je rentre chez moi, je ne sais pas quoi faire

Les jours passent, je bosse 50h par semaine, j'ai peur de dépasser la date limite

Je finis par avoir une idée, moi qui deteste le mensonge, je vais mentir et pas qu'un peu

Je prends RDV avec deux autres hopitaux

Lorsque je dois parler de moi, je mens

J'ai 18 ans, mes parents m'ont mis dehors, je dors sur le canapé des amies

J'ai un job mais pas d'appartement, je ne me suis jamais occupée d'enfants

Le géniteur? Aucune idée, je bois beaucoup, je fais la fête et j'ai aucune idée de qui je suis tombée enceinte

Je pleure un peu, juste assez, je joue les filles dépassée

Et là c'est magique on me trouve une place

On me sort un discours sur les MST, les moyens de contraceptions etc...

J'encaisse et je joue mon rôle

 

Car oui en 2004 en France, l'avortement c'est pas pour tout le monde

Si tu peux t'occuper d'un enfant, on s'en fout que tu ne le désires pas

 

mon_esprit_mon_corps_mon_choix_pro_autocollant-r814c7f57dd994b31a940fa33e14247a2_v9waf_8byvr_512

 

15 novembre 2004

 

J'arrive à l'hôpital avec ma mère

Je crois qu'à l'instant où ils l'ont vu, ils ont compris que je leurs avais menti

J'ai subi un avortement sous anesthésie générale

Je me suis réveillée dans la douleur car la perfusion d'anti douleur ne fonctionnait pas

J'attends de pouvoir quitter ce lieu si froid

Je repars avec ma mère

Je ne pleure pas, j'ai mal

Le lendemain 7h je suis au boulot, je reprends ma vie après 2 mois d'enfer

 

Je fais des cauchemars, je ne me sens pas bien

1 mois après j'ai RDV pour vérifier que tout va bien

Je parle de mon mal être, du RDV pour l'échographie

Pas de soutien, on me répond que j'avais qu'à être prudente

J'explique que la pilule n'a pas fonctionné, ils disent que c'est impossible

(j'aurais confirmation quelques années plus tard que j'avais raison)

Mes proches oublient vite, moi pas

J'ai l'impression de ne pas avoir été écoutée, d'avoir été jugée fautive

 

18 mois plus tard je retombe enceinte sous pilule

Je décide de garder le bébé

Je le perds le 16 septembre 2006 à 4 mois de grossesse

Seule dans ma salle de bain

Beaucoup m'ont jugée et ont fait le rapprochement avec l'avortement

Et là l'idée d'une punition du Destin germe....

C'est ridicule mais étant déjà fragile, je m'enfonce

 

Une période sombre commence mais je finis par m'en sortir

J'ai lu tellement d'horreur sur les avortements, et j'ai l'impression que 10 ans après les choses n'ont pas changé

 

Avorter est un droit et n'est JAMAIS une partie de plaisir

Arrêtons l'argument des filles qui font des IVG à répétition soi disant sans problème

Arrêtons aussi l'argument comme quoi l'IVG doit être reservé aux situations de détresse

Etre enceinte sans le vouloir est une situation de detresse

Peu importe l'âge, la situation, la famille, etc... C'est TOUJOURS une situation de détresse!!!

Quand à l'argument "les femmes doivent assumer leur fonction de reproduction" j'annonce que je ne suis pas un utérus!!!

Je suis un être vivant qui a le droit de choisir la vie que je veux mener

 

mon_corps_choix_1

 

Il y a 10 ans j'ai avorté et je vais bien

J'ai la joie d'élever un enfant que j'ai désiré de toutes mes tripes

Un enfant que j'ai eu avec un homme que j'aimais et avec qui je voulais fonder une famille

Oui, nous ne sommes plus ensemble mais je n'ai aucun regret

 

Au lieu de se battre contre l'avortement, il faudrait developper tous les moyens pour limiter son utilité

Développer les moyens de contraceptions, les rendre accessibles, bref s'occuper de la prévention

Et lutter contre les donneurs de leçon qui se cachent parfois au sein même des lieux pratiquant l'IVG

Culpabiliser les femmes ne servira à rien

On préférerait toutes ne pas subir d'avortement  mais parfois c'est une necessité

 

DSCN8382

 

Sites utiles:

 

Edit du 23/11/2014

J'ai été contactée par le Huffington Post et voilà l'article qui a été publié ICI